“Nous devons faire notre Commune, 150 après”

Lors de la visioconférence en présence de Michèle Audin le 18 mai, Ambrine, adhérente de 20 ans, est intervenue afin de présenter la déambulation dans les rues de Montreuil et la signification de la Commune de Paris pour les jeunes, 150 après :

“Le 9 mai dernier, la section de Montreuil du Parti communiste a organisé une déambulation dans les 15 rues de Montreuil portant le nom de communards à destination des jeunes.

Nous avons eu la chance de pouvoir découvrir le parcours et la vie de personnages emblématiques de l’histoire de la commune. Parmi eux, ceux qui m’ont marquée particulièrement, Louise Michel, le colonel Delorme, Nicolas Faltot.

Nous avons aussi appris la signification du drapeau rouge et des termes tels que fédérés et Communard.

C’est une grande et nécessaire découverte d’autant plus que ce sujet, très important dans l’histoire de notre république, n’est pas abordé dans nos cours de l’éducation nationale.

La transmission de l’histoire est essentielle, car il faut former les jeunes, transmettre l’histoire des luttes, de l’apport aussi du parti à la libération de la France, de la lutte pour la libération des peuples… Pour en faire des militants que le parti devra continuer à former encore et encore, car ce n’est que par la lutte que le peuple peut acquérir des libertés et les conserver. Ce n’est que formés et convaincus que nous pourrons avoir des luttes bien menées et victorieuses. Et des luttes, nous en avons beaucoup à mener. Je remercie le parti de cette initiative, qui m’a fait comprendre un sujet dont je ne connaissais même pas l’existence.

J’ai vu autour de moi beaucoup de jeunes, d’ami.e.s et d’anciens ami.e.s rejoindre des mouvements extrémistes parce qu’ils y trouvaient une solution où ils y trouvaient des réponses, et que ces extrêmes arrivaient à leur parler et établir une communication.

Or, nous ne devons pas céder cette place. Et ce que j’ai appris avec l’Histoire de la Commune c’est l’importance de l’insurrection populaire, et la mise en place de solutions non pas utopistes, que nous devons avoir comme héritage. On n’a pas encore eu de président communiste et une Assemblée nationale à majorité communiste. Nous avons pourtant le vrai modèle de société alternative au capitalisme qui broie, qui tue, qui marchandise tout et nous déshumanise.

Nous devons faire notre Commune, 150 ans après. Il faut que nous jeunes, tous les jeunes en recherche de solutions, qui en ont marre de la précarité, des inégalités, du communautarisme, du repli sur soi, du racisme, gavés de ce modèle dans lequel on veut nous asservir et que l’on serve, nous nous levions comme lors de la Commune avec force, conviction et engagement. La lutte des classes c’est nous, la justice sociale : c’est nous ; l’égalité des sexes, des genres, la laïcité c’est encore nous.”

Sur les traces des Communard-es à Montreuil

Si le souvenir de la Commune est bien “enclos dans le grand cœur de la classe ouvrière” (Karl Marx), il vit également au quotidien dans nos villes à travers le nom de certaines de leurs rues, places ou écoles. C’est notamment le cas à Montreuil, où les municipalités successives ont voulu rendre hommage à la Commune en attribuant le nom de quinze d’entre elles et eux à autant de voies publiques, essentiellement dans le Bas-Montreuil et autour du parc Montreau.

Dans le cadre des célébrations des 150 ans de la Commune, nous avons organisé le 9 mai une déambulation dans ces rues, à destination des jeunes et nouveaux adhérents, en présence de Frédérick Genevée, président du Musée de l’Histoire vivante.

L’occasion d’en apprendre plus sur des figures connues telles que Louise Michel, Eugène Varlin ou Édouard Vaillant, mais aussi d’autres, davantage liées à notre ville, tels que Nicolas Faltot ou le capitaine Delorme, combattants au fort de Vincennes.

Une belle opportunité également de leur rendre hommage en apposant des affichettes reprenant les illustrations de l’artiste Dugudus, qui les a gracieusement mises à notre disposition !

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter les fiches explicatives de chaque nom :

Eugène Pottier, Eugène Varlin, Gustave Courbet, Jean-Baptiste Clément, Jules Vallès, Louise Michel, Merlet, Nicolas Faltot, Paul Lafargue, Rue des Fédérés, Simon Dereure, Zéphirin Camélinat, Colonel Delorme, Charles Delescluze, Edouard Vaillant

Les 150 ans de la Commune à Montreuil !

Le 18 mars 1871, le peuple de Paris se soulevait contre la trahison des dirigeants de la France. Il débutait ainsi une révolution inédite, prenant le pouvoir entre ses mains et inventant, malgré de terribles difficultés, le premier gouvernement des travailleurs pour les travailleurs.

En quelques semaines seulement, il instaura la séparation de l’Église et de l’État, généralisa l’éducation gratuite, interdit le travail de nuit et les retenues sur salaires, accorda le droit de vote et d’élection aux étrangers… Une émancipation insupportable pour les classes dirigeantes, qui noyèrent l’expérience dans le sang. Mais par son exemple, la Commune est restée jusqu’à aujourd’hui présente dans “le grand cœur de la classe ouvrière” (Karl Marx).

Afin de rendre hommage à la Commune de Paris, de faire connaître ses avancées et de poursuivre ses combats qui sont toujours actuels, les communistes de Montreuil mettent en place une série d’activités ouvertes à toutes et tous, en lien avec artistes, autrices et le Musée d’Histoire vivante !

 

  •    Hissons le drapeau rouge !

Le 28 mars 1871, la Commune de Paris était proclamée à l’Hôtel de Ville. A cette occasion, nous avons hissé le drapeau rouge sur notre local du 10 rue Victor-Hugo et présenté deux reproductions issues des collections du Musée d’Histoire vivante.

 

  • “La Commune par celles et ceux qui l’ont faite” (18 mai)

Échange autour de la présentation faite par Michèle Audin, autrice montreuilloise de plusieurs livres sur la Commune, le 18 mai à 19h. Diffusion en direct sur Facebook.

 

  • Montée au Mur des fédérés (29 mai)

Comme chaque année depuis 1880, les organisations et membres du mouvement ouvrier et progressiste se retrouvent  au cimetière du Père-Lachaise devant le Mur des fédérés pour rendre hommage aux milliers de Communards massacrés lors de la Semaine sanglante.

Un rassemblement et un cortège commun sont organisés par de nombreuses associations, syndicats et partis dès 10h place de la République à Paris.

Pour les 150 ans, soyons nombreux à y participer ! Un départ collectif sera organisé depuis Montreuil.

 

  • Fêtons la Commune ! (12 juin)

Pour célébrer tous ensemble l’œuvre des Communardes et des Communards et démontrer que, 150 ans après la Commune vit toujours, retrouvons-nous au 10 rue Victor-Hugo pour une grande fête !

 

 

Soutien aux mobilisations dans les collèges et lycées de Montreuil !

Depuis la rentrée du 2 novembre, de nombreux établissements scolaires connaissent de fortes mobilisations des enseignants et élèves, qui dénoncent les conditions d’enseignement face à la crise sanitaire. La section PCF de Montreuil leur apporte tout son soutien.

 

Portes ouvertes des ateliers d’artistes

Cette année encore, la section de Montreuil du PCF s’inscrit dans les Journées portes ouvertes des ateliers d’artistes, qui se tiendront dans toute la ville les 9,10 et 11 octobre.

A cette occasion, la Maison des communistes sera mise à disposition d’un collectif d’artistes, réaffirmant par là notre engagement à soutenir la culture.

Nous aurons le plaisir d’accueillir les œuvres de : Jerk, Joris Valenzuela, Léa Gattoni, Tiziano Foucault-Fini, Maxime Laguerre, Thomas Gatner, Jean-Luc Vienne, Frédéric Coyère, Gilbert Lebeau, Eliane Robin, Jalo, Béatrice Gantes et Catherine Deger.

Vernissage le vendredi 9 à 19h :
Rencontre avec Renaud Faroux, commissaire de l’exposition “Libre comme l’art” organisée par le PCF dans le cadre du centenaire, et Jerk, illustrateur du livre éponyme.
En présence de Patrice Bessac, maire de Montreuil.

Vin chaud et buvette. Vente de livres d’art à prix réduits.